Lac Baïkal [Mer Sainte]

Irkoutsk 9 mars 2020

A 9 heures, on nous récupère et nous partons avec un confortable bus de 15 places sur la rive nord du lac en direction d'Ust-Orda. Les routes sont très cahoteuses et la bonne suspension amplifie les oscillations. Quand on passe ensuite à deux UAZ Buchanka, tout s'améliore, ils offrent un confort inattendu malgré la suspension à lames des années 70. Snowdrift Approche du lac ice

En chemin, nous nous arrêtons dans une église orthodoxe et un temple bouddhiste, ainsi que dans un lieu chamanique où tous les Buriats (tribu mongole guerrière, dont 600 000 vivent en Russie) s'arrêtent pour laisser un petit don, des cigarettes, des pièces de monnaie, quelque chose à manger. A 14 heures, nous nous arrêtons pour un repas de 4 plats, comme toujours abondant, Aldar Baldanov (nom de notre guide) achète de la vodka pour la soirée. Et ici, nous passons aux Buchankas de l'UAZ, l'aventure peut commencer. Sur les pires sentiers, nous descendons à travers la forêt vers le lac. Nous roulons sur une rivière gelée et en pente sans sourciller, ces voitures sont vraiment convaincantes ! Finalement, nous voyons de la glace et arrivons à un ranch près du lac et près de Yelansy. Nous passons le reste de l'après-midi sur la glace. The Team Je n'arrive presque pas à croire que je suis vraiment là. J'ai déjà vu tellement d'images que je ne suis pas vraiment surpris par la vue, mais la réalité prend rapidement le dessus dans mon cerveau et je suis submergé ! Avant le dîner, je fais le premier vol avec le drone. C'est la pleine lune ce soir et il fait jour dehors la nuit. Les lits sont assez confortables, il faut sortir pour faire pipi, mais ce qui nous dérange vraiment, c'est la chaleur du four, on peut à peine s'endormir, et on ne peut pas non plus ouvrir les fenêtres, sinon il fera vite moins de zéro degré. Enfin, vers 1 heures du matin, il fait un peu plus frais. À 4 heures, la porte s'ouvre tranquillement et le fermier allume à nouveau le poêle, mais cette fois-ci, il ne fait plus aussi chaud. Ces poêles russes semblent avoir une efficacité de plus de 100%, avec trois bûches, la grande pièce est chauffée pendant 5 heures. Pour les grandes affaires, nous devons aller à environ 100 m derrière la maison, derrière les barricades qui séparent le ranch de la nature sauvage. Nous avons des instructions strictes pour ne pas nous éloigner davantage pendant la nuit, même pour les jours suivants, car il y a des loups et des ours partout, mais ces derniers sont presque certainement en hibernation.

Kristovski, Yelansy 10 mars 2020

Après le petit déjeuner, à 7h40, nous partons pour l'île d'Olkhone, le sanctuaire chamanique. Nous alternons plusieurs fois entre la terre et la mer. A midi, nous nous arrêtons dans un café au bord de la route, là encore, il y a quatre plats et un bon repas. En chemin, nous nous arrêtons plusieurs fois aux cascades de glace pour prendre des photos. Et en début de soirée, nous arrivons à un promontoire pour passer la nuit dans un hôtel. Une fois de plus, nous sommes heureux pour les touristes disparus. Burliuk L'inconvénient d'une connexion internet qui fonctionne bien est que nous réapprenons à connaître quelque chose du monde. La paranoïa autour du virus corona semble prendre des traits extatiques et notre vol de retour a été annulé. Nous avons décidé d'oublier tout cela et d'être ici.

Mys Burliuk 11 mars 2020

Après cette nuit confortable, nous partons à 8h30 avec un aéroglisseur car la piste est trop cahoteuse. Nous avançons aussi plus vite avec environ 50 kmh, mais je préfère le bus. Eishaus Hover Hover Au bord inférieur de l'île, nous visitons un endroit énergique avec un stupa bouddhiste et des drapeaux de chaman. La Russie est très tolérante envers ses 5 religions, voire même bien disposée à leur égard. Stupa Shaman Fahnen Nous quittons l'île sainte Olkhone légèrement sur la droite et nous débarquons à Khoujir. Les nombreuses nouvelles maisons en bois sentent le tourisme chinois. Nous avons déjà remercié cent fois le virus Corona, qui éloigne les touristes de nous, nous sommes les seuls étrangers. Dans un supermarché, nous faisons des provisions pour les jours suivants et surtout de la bière et de la vodka, les seules boissons non comprises dans l'excursion. Nous entrons dans une nouvelle UAZ verte militaire, elle est vraiment géniale, mais après 10', elle s'arrête et nous sommes transférés dans une autre, qui était en fait prévue, mais qui a dû réparer son cardan. Le chauffeur Sascha, âgé de 24 ans, nous explique qu'il a laissé quatre chats noirs traverser son chemin le matin sans cracher par-dessus son épaule gauche, une grosse erreur, comme nous continuerons à le découvrir. 20' plus tard, nous nous arrêtons à cause d'un clou dans le pneu (chat numéro 2 je suppose). Il essaie de le réparer mais ne parvient pas à sortir l'injecteur de la perceuse et doit passer à la roue de secours. Continuons. Après 30', la porte du conducteur s'ouvre et ne peut plus être fermée correctement. La voiture est à nouveau arrêtée et réparée. ship Ce vieux navire a connu des jours meilleurs

A midi, nous nous arrêtons dans un endroit ensoleillé et sans vent sur la rive pour un simple pique-nique. Puis le chat numéro 4 frappe, le démarreur tombe en panne. Avec un brûleur à gaz, Sacha met le moteur à température pour que le démarreur fonctionne à nouveau. Vodka À chaque pique-nique correspond un don de vodka pour le lac et un don pour nous :-) Avec le meilleur ensoleillement (sans lunettes de soleil, vous serez aveugle en une heure), nous marchons deux heures sur le lac. Avec nos caribous canadiens, on peut marcher sur la glace, mais c'est très fatigant, alors nous devons constamment chercher des traces de neige où il est plus facile de marcher. La plupart d'entre eux ont des petits crampons avec eux, mais cela fait trop de bruit dans mes oreilles. peintures rupestres Peintures rupestres du néolithique, dont beaucoup sont malheureusement sur-gravées par de vains touristes. Vers 17h, nous arrivons à la Station Météréologique (Mieteostantsiia Solniechnaya), dont Tesson nous parle également. Ici, tous les paramètres météorologiques sont mesurés et, en théorie, toutes les trois heures, un message radio est envoyé à Moscou. Cependant, il y a une grève nationale (la seule) de tous les météorologues pendant la nuit. La femme d'un jeune agriculteur y est également présente avec des huskys, des chèvres et des moutons. C'est vraiment un endroit solitaire. Nous nous rendons immédiatement au Banya (sauna), qui est extrêmement chaud et sombre. Quand je sors à nouveau, les jambes nues, le maillot de bain mouillé et un parka, le Baïkal s'épanouit dans une violette du soir sans égale. Je suis tellement enchantée que je reste dehors pendant 20' et je prends des photos. La prochaine Banya me sauve de la pneumonie Banya Notre Banya bien-aimée En même temps que l'alpenglow, il y a des sons étranges, la glace se fractionne après la journée ensoleillée. Il y a des coups de canon, des ricochets, des fissures, et tout semble venir d'une profondeur insondable, pour moi ce sont des lumières boréales acoustiques. ice crack fissure dans la glace Fissures dans la glace, inoffensives Nous sommes ici à la lisière d'une réserve naturelle dont l'accès est interdit. Sur les murs sont accrochées de nombreuses images d'ours marchant entre les trois maisons, en été ils viennent tous les jours. Maintenant, en hiver jusqu'au début du mois d'avril, ils sont en hibernation. Aldar (prénom de notre guide) va souvent explorer les grottes des ours, on les reconnaît à la vapeur d'air qui s'en dégage. Il prend ensuite les coordonnées GPS et les vend à de riches pères yakoutes qui veulent initier leurs fils. Jusqu'à 1000$ sont payés pour cela. L'initiation des 13-14 ans se déroule ainsi : Un groupe d'hommes réveille l'ours avec de longs bâtons. Lorsqu'il sort en colère, le père tire généralement sur l'omoplate en premier, de sorte que l'ours ne peut plus marcher à quatre pattes, car il est environ deux fois plus rapide qu'un humain à courte distance. L'ours se redresse et il est plus facile pour l'initiateur de tirer sur l'ours. Rouge Meteo Aldar et les deux chauffeurs préparent notre nourriture, qui est saine et délicieuse avec beaucoup de saumon fumé. Les tournées de vodka obligatoires sont interminables, il se fait tard sur les histoires sans fin de Aldar, qui est une encyclopédie vivance et vivante, qui connaît tous les sujets, car il a travaillé comme interprète pour des ministres, des réalisateurs (Vanier, Safy Nebbou) et des mafiosi, en France, en Allemagne, aux USA... Il était à l'origine professeur de français et d'anglais, il conduisait et vendait des yourtes en France, il achetait des voitures au Japon et les amenait à Irkoutsk via Vladivostok. Cela semble toujours aussi aventureux que de faire passer des voitures d'occasion à travers la Mauritanie. En tout cas, il a été confronté à plusieurs RPGs. Il troquait les voitures contre du haschisch, qu'il avait échangé contre 30L d'essence de térébenthine, ce qui manquait à la mafia pour peindre un pont à temps. Il a déjà accompagné le Rallye Paris-Pékin à 6 reprises en tant que guide. Mes doutes sur ses histoires de Münschhaus se sont réduits au fil des jours, parce-que moi aussi je sais un truc ou deux, ou que je pouvais confirmer par Internet. Il est extrêmement précis, surtout en ce qui concerne les chiffres. roches

L'histoire d'Aldar : Un troupeau de buffles fuit toujours les lions à la vitesse de l'animal le plus lent. Lorsque les lions ont battu le dernier buffle, le troupeau peut courir plus vite car le plus lent est maintenant parti, et le jeu se répète donc jusqu'à ce que le buffle le plus faible a été tué par les lions. Les meilleurs buffles restent. C'est la même chose avec la vodka et nos cellules nerveuses, les plus faibles meurent et seuls les meilleurs survivent.

Station Météorologique (Mieteostantsiia) 12 mars 2020

En accord avec mon taux d'alcoolémie, j'ai mal dormi, je ne me suis pas réveillé, mais le corps ne se repose pas. A 7 heures, je m'aventure à faire pipi, il fait -17º, mais pas de vent, ce qui veut dire qu'on est bien avec une simple veste. Le temps a changé, le ciel est gris, le soleil est un point blanc et froid comme sur une planète étrangère. Sergeuï, un homme d'une quarantaine d'années, qui me semble un peu barjo, m'attrape et me demande d'entrer dans sa hutte. Il veut que j'accorde sa guitare, qui est horriblement désaccordée, les cordes sont même dans les mauvaises trous. Fini, je suis son héros. Avec ses lunettes russes de l'époque de Brejnev, il n'a pas l'air très avantageux, pour le dire poliment. Il prend sa guitare et y jingle quelque chose sans harmonie ni définition... Meteo Nous ne continuons qu'à 10 heures environ, après avoir visité un autre trou de pêche dans la glace. Sergeuï, de la station météorologique, tire le filet hors de l'eau à mains nues, après avoir enlevé à l'aide de piolets une couche de glace de 10 cm d'épaisseur, qui se reforme chaque nuit malgré la couverture en bois. Ses mains sont d'un rouge profond dû au gel. Trou à poisson ice A midi, nous pique-niquons dans une légère chute de neige et une visibilité de 100 m près de Zavorotnjy. Ensuite, nous nous rendons 20 km plus loin à la cabane de Tesson, qui est située sur un promontoire (Cedars of the North). Nous devons rester près de la côte car un peu plus loin, un mur de gros blocs de glace bloque le passage. Souvent, nous avons un voile blanc, notre Buchanka saute en triangle sur les congères et nous conduisons des serpentines extrêmes, forcées par le bus lui-même, qui est probablement guidé par les traces gelées des prédécesseurs sous la neige. J'ai attaché ma ceinture de sécurité, car sinon je tombe constamment sur mon voisin. Alors que la neige atteint 40 cm de haut, les Buchankas ne sont pas impressionnés par cela, mais ils utilisent 20 L/100km avec la corvée. Buchanka Météo Buchanka

Cabane de Sylvain Tessons 12 mars 2020 14h

Et puis nous voilà, en fait, c'est la cabane telle que nous la reconnaissons d'après le livre et le documentaire sur Youtube. Dans cet instant, le but de mon voyage et de mon rêve a été réalisé. Lorsque j'ai lu le livre, je souhaitais tellement d'être dans cette hutte une fois, et maintenant ç'a y est. C'est aussi le point culminant de notre voyage, désormais on revient lentement en arrière. Juste à coté de la cabane, quelqu'un a commencé de construire une isba, bizzarre ça. Gerhard

Zavorotnaya 12 mars 2020

C'est vraiment étonnant que pratiquement tous les chemins, même les moindres, soient répertoriés sur l'OSM (Open Street Map), avec Osmand+ nous trouvons notre chemin dans la région sauvage la plus reculée, et hors ligne, même la cabane de Tesson est indiquée. Pique-nique Nous passons la nuit chez une femme, Stasia, qui a vécu ici toute sa vie, 30 ans, et qui est très heureuse dans cet isolement. Malheureusement, il n'y a pas de Banya qui pourrait accroître notre expérience des contrastes en Sibérie, tant pis pour nous. Pour le dîner, nous avons des cuisses de poulet cuites au boullion avec des penne et des sardines en entrée. La nuit n'est pas très agréable, des ronfleurs amateur son nombreux. Jusqu'à présent, Nico et moi sommes toujours allés dans une autre pièce, mais aujourd'hui, nous avons eu le bout du bâton. J'en ai fait un exercice de méditation et j'ai quand même bien dormi. Les toilettes sont si loin, je n'ose pas y penser. room Nico avec un vieux drapeau soviétique dans notre logement : temps arrêté Nico

Île d'Ouchkany, station métrologique 13 mars 2020

A 9h30, nous partons vers le sud, la nostalgie s'installe, hier encore nous nous dirigions vers le nord, la solitude et la nature sauvage, maintenant nous rentrons enfin chez nous. J'envie le couple de Français de Mieteostantsia, qui a loué une cabine là-bas pour une semaine. À l'horizon, nous voyons des tornades de neige, le temps change ici extrêmement vite. Tornade Ballade Nous bifurquons de la route côtière vers la côte sud, vers l'île d'Ouchkany, où la station météorologique qui s'y trouve est notre destination pour aujourd'hui. Nous sortons de la voiture et marchons quelques kilomètres. J'essaie de me souvenir du désert de neige, de cette solitude, c'est un moment de fuite. Je transforme le drone en cameraman et je vole de côté parallèlement à nous, j'ai déjà appris quelque chose ! Mais mes doigts gelés abandonnent toujours plus vite que la batterie, sans avoir l'impression qu'elle est difficile à contrôler. Ouchkany est bien visible devant nous, on ne peut pas croire que l'île soit encore à 40 km. Cela me rappelle le lac salé de Bolivie, où l'air était si clair qu'on pouvait voir à 150 km de distance. Et le lac salé ou la neige ne diffèrent guère sur le plan optique. D'ailleurs, dans la neige, on oublie vite qu'on est sur l'eau, une eau qui descend jusqu'à 1642 m de profondeur. Arbustes ice Village Village Quand nous arrivons aux Buchankas, les chauffeurs déballent le pique-nique, car le soleil a percé. Nous mangeons debout dans le sillage des bus. On ne peut vraiment pas enlever ses lunettes de soleil, il fait un temps fou dehors. Vers trois heures, nous arrivons sur l'île. La station est très agréable 'dans son jus'. Nous entrons dans un fuseau horaire oublié comme si l'horloge s'était arrêtée ici il y a 50 ans. Les quatre maisons en bois sont vieilles et réparées avec amour et en amateur, tout est réparé ici. Village Outre les installations météorologiques, il existe également une antenne de sondage ionosphérique telle que je la connais depuis mon premier Institut Max Planck à Lindau. Trois huskies, qu'on appelle ici chiens d'ours parce qu'ils sont entraînés à mordre les pattes des ours, nous accueillent avec exubérance. Le quartier n'est pas rangé, il y a de vieilleries qui traînent partout, on y trouve même deux jeeps UAZ à 4 roues motrices de l'époque des dinosaures, les pneus sont tellement usés que les tissus dépassent. J'ai lu quelques part que c'est une habitude Russe qui antidate la pêriode sovietique, de garder tout cec qu'on jete chez nous. Buchanka dans la lumière du soir Soirée Arbuste Vers 18 heures, la magie de lumière à l'extérieur recommence avec soleil bas. Je me promène entre les murs de glace, je tourne un clip et je prends des photos, un grand adieu à la journée. A la fin, les montagnes du côté de la Buriatie s'illuminent. Puis je vais dans le Banya super chaud, c'est le plus spacieux que nous ayons eu jusqu'à présent. Par manque de serviettes, je reste debout dans le vent et la neige pendant trois minutes, puis je suis sêché par le froid. Le four de la Banya est lui aussi entièrement bricolé, soudé à partir de tôles d'acier, mais la chaleur qu'il dégage est disproportionnée par rapport au peu de bois qui y brûle. Malheureusement, nous dormons mal la nuit à cause de la chaleur insupportable, le poêle en faïence est trop chaud. Les fenêtres ne peuvent pas être ouvertes en raison des doubles vitres frontales. Il ne reste plus qu'à ouvrir la porte. Chien Ce petit Huskie a donné du fil à retordre à sa mère Montagnes Montagnes

Khoujir, Olkhone 14 mars 2020

On recommence vers 10 heures après une mauvaise nuit, les poèles sont tout simplement trop chauds et durent trop longtemps. La chaleur s'avère être le vrai problème en Sibérie, pas le froid ! Sur la route de Khoujir, sur l'île d'Olkhone (environ 120 km), nous nous arrêtons à de belles formations rocheuses et à des grottes de glace. Nous rentrons à nouveau en contact avec le monde. Les touristes du week-end d'Irkoutsk gâtent notre solitude bien-aimée et le téléphone portable reçoit à nouveau de la nourriture. La folie de Corona nous atteint, ding, ding, ding. roches Rock Grotte Olkhone est considérée comme l'île des chamans en Russie et sa population est buriatique. Toute l'île et le lac Baïkal lui-même sont une réserve naturelle. C'est pourquoi il n'y a ni stations-service ni routes goudronnées. Les eaux usées sont transportées par des camions-citernes vers le continent. La police est apparemment très stricte, sauf en ce qui concerne l'interdiction de conduire sur le lac. Tout notre circuit est en fait illégal, mais la loi n'est pas encore appliquée, trop de tourisme en dépend. La pêche est également interdite, ce qui est très désagréable pour les habitants qui, comme d'habitude, ne sont pas responsables de la surpêche mais s'en nourrissent. Aldar dit qu'un jour pas trop lointain les gardes-chasse sauront soudainement mangés par les ours, cela fonctionne ici comme chez les Corses.

-> Conseils de voyage en Russie